La forme arrondie des petites taches de substance terreuse, ainsi que les diverses etapes qu'on peut constater jusqu'a leur isolement parfait, et qu'on peut suivre en examinant une serie d'echantillons, montrent clairement qu'elles ont ete formees, soit par l'attraction des particules terreuses entre elles, soit plus vraisemblablement par une attraction reciproque des atomes de carbonate de chaux amenant alors la segregation de ces impuretes terreuses etrangeres. Ce fait m'a vivement interesse, car j'avais observe souvent des roches quartzeuses (par exemple aux iles Falkland, et dans les couches siluriennes inferieures des Stiper-Stones dans le Shropshire) mouchetees, d'une maniere precisement analogue, par de petites taches d'une substance terreuse blanchatre (feldspath terreux?); on avait deja toutes raisons de croire alors que ces roches avaient ete modifiees ainsi sous l'action de la chaleur, et cette hypothese recoit maintenant sa confirmation. Cette texture tachetee pourrait fournir peut-etre quelques indications pour distinguer les roches quartzeuses, qui doivent leur structure actuelle a une action ignee, de celles formees par voie purement aqueuse; distinction qui doit avoir fait hesiter bien des geologues dans l'etude des regions arenaceo-quartzeuses, si j'en juge par ma propre experience.

En s'epanchant sur les sediments etales au fond de la mer, les parties inferieures et les plus scoriacees de la lave ont empate une grande quantite de matiere calcaire, qui forme maintenant la pate tres cristalline et blanche comme neige, d'une breche renfermant de petits fragments de scories noires et brillantes. Un peu au-dessus de cette couche, la ou le calcaire est moins abondant et la lave plus compacte, les interstices de la masse de lave sont remplis d'un grand nombre de petites spheres, formees de spicules de calcaire spathique, qui rayonnent autour d'un centre commun. Dans une certaine partie de Quail-island, ou les laves surincombantes n'ont pas plus de 14 pieds d'epaisseur, le calcaire a pu cristalliser sous l'influence de la chaleur degagee par ces matieres eruptives; on ne peut pas admettre que cette faible couche de lave ait ete plus epaisse a l'origine, et que son epaisseur ait ete reduite par une erosion posterieure, l'etat celluleux de sa surface nous le montre. J'ai deja fait observer que la mer ou le depot calcaire s'est opere devait etre peu profonde; le degagement de l'anhydride carbonique a donc ete entrave par une pression de loin inferieure a celle, equivalant a une colonne d'eau haute de 1.708 pieds, que Sir James Hall considerait comme necessaire pour empecher ce degagement. Depuis l'epoque de ses experiences on a decouvert que c'est moins la pression que la nature de l'atmosphere ambiante qui intervient pour retenir l'acide carbonique gazeux. Ainsi, il resulte d'experiences de M. Faraday[2] que des masses importantes de calcaire se fondent quelquefois et cristallisent, meme dans des fours a chaux ordinaires. Suivant M. Faraday, le carbonate de chaux peut etre chauffe, pour ainsi dire, a toute temperature dans une atmosphere d'acide carbonique, sans se decomposer; et Gay-Lussac a montre que des fragments de calcaire, chauffes dans un tube a une temperature insuffisante par elle-meme pour provoquer leur decomposition, degageaient cependant l'acide carbonique des qu'on faisait passer au travers du tube un courant d'air ou de vapeur d'eau: Gay-Lussac attribue ce phenomene au deplacement de l'acide carbonique naissant. La matiere calcaire, qui se trouve sous la lave, surtout celle qui forme les aiguilles cristallines renfermees dans les vacuoles des scories, ne peut pas avoir subi l'action du passage d'un courant gazeux, quoiqu'elle ait ete chauffee dans une atmosphere contenant vraisemblablement une tres forte proportion de vapeur d'eau. Peut-etre est-ce pour cette raison qu'elle a conserve son acide carbonique sous cette pression relativement faible.

Les fragments de scories renfermes dans la pate calcaire cristalline sont d'un noir de jais, a cassure brillante comme celle de la retinite.

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 13

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book