XV, p. 398;--Gay-Lussac: _Annales de chimie et de physique_, tome I, chap. XIII, p. 210, dont la traduction a paru dans le _London and Edinburgh philosophical Magazine_, vol. X, p. 496.

[3] Je pense qu'a une grande profondeur au-dessous de la surface du sol, le carbonate de chaux etait a l'etat liquide. On sait que Hutton attribuait la formation de toutes les roches amygdaloides a des gouttes de calcaire fondu flottant dans le trapp comme de l'huile dans l'eau; cette theorie est certainement fausse, mais si les roches qui constituent le sommet de Red Hill s'etaient refroidies sous la pression des eaux d'une mer peu profonde, ou entre les parois d'un dike, nous aurions, selon toute probabilite, une roche trappeenne associee avec de grandes masses de calcaire spathique compacte et cristallin. Or, d'apres la maniere de voir de beaucoup de geologues aujourd'hui, la presence de ce calcaire aurait ete attribuee, a tort, a des infiltrations posterieures.

[4] Ces roches offrent frequemment une variete remarquable, remplie de petits fragments d'un mineral terreux, rouge jaspe fonce, qui montre, quand on l'examine attentivement, un clivage peu net; les petits fragments sont allonges, tendres, magnetiques avant comme apres calefaction, et difficilement fusibles en un email terne. Ce mineral est evidemment tres voisin des oxydes de fer, mais je ne saurais le determiner avec certitude. La roche qui renferme ce mineral est criblee de petites cavites anguleuses tapissees et remplies de cristaux jaunatres de carbonate de chaux.

[5] Aux endroits ou la nappe basaltique superieure est interrompue, les parois de cette gorge sont presque verticales. La lave qui l'a remplie ulterieurement adhere a ces parois presque aussi fortement qu'un dike a ses murs. Lorsqu'une nappe de lave s'est ecoulee le long d'une vallee, elle est souvent bordee, de chaque cote, par des masses de scories incoherentes.

[6] D'Aubuisson, dans son _Traite de Geognosie_ (tome II, p. 569), indique, d'apres M. Marcel de Serres, que des masses de terre verte existent pres de Montpellier, et sont considerees comme dues a la decomposition de l'olivine. Je ne sache pas cependant que l'action du chalumeau sur ce mineral se trouve modifiee lorsqu'il presente un commencement de decomposition. Ce fait est important, car, a premiere vue, il semble invraisemblable qu'un mineral dur, transparent, refractaire, se soit transforme en une argile tendre et facilement fusible comme celle de San Thiago. Je decrirai plus loin une substance verte formant des filaments dans l'interieur des vacuoles de certaines roches basaltiques vesiculaires au Van Diemen's Land, qui se comporte au chalumeau comme la wacke verte de San Thiago, mais cette forme cylindrique des filaments prouve qu'elle ne peut pas avoir ete formee par la decomposition de l'olivine, mineral se presentant toujours en grains ou en cristaux.

[7] Je n'ai presque rien vu de l'interieur de l'ile. Pres du village de Saint-Domingo il y a de magnifiques rochers de lave basaltique a gros grains cristallins. A 1 mille environ en amont du village, le long du petit ruisseau qui parcourt la vallee, la base du grand rocher est formee d'un basalte compact a grain fin, surmonte, en stratification concordante, d'un lit de galets. J'ai rencontre, pres de Fuentes, des collines mamelonnees constituees par des roches feldspathiques compactes.

CHAPITRE II

FERNANDO NORONHA, TERCEIRA, TAHITI, MAURICE ROCHERS DE SAINT-PAUL

_Fernando Noronha_, colline escarpee de phonolite.--_Terceira_, roches trachytiques; leur decomposition remarquable par l'action de la vapeur a haute temperature.--_Tahiti_, passage de la wacke au trapp: roche volcanique interessante a vacuoles tapissees de mesotype.--_Maurice_, preuves de son emersion recente; structure de ses plus anciennes montagnes; analogie avec San Thiago.--_Rochers de Saint-Paul_. Ils ne sont pas d'origine volcanique, leur composition mineralogique singuliere.

_Fernando Noronha_.--J'ai observe fort peu de choses dignes d'une description pendant notre courte visite a cette ile et aux quatre iles suivantes.

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 22

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book