Plusieurs varietes sont caracterisees principalement par le fait qu'elles contiennent d'innombrables filaments de serpentine vert sombre, et que leurs interstices sont remplis par une matiere calcaire. Ces roches ont une structure concretionnee peu visible, et sont remplies de pseudo-fragments anguleux de coloration variee. Ces pseudo-fragments anguleux sont formes par la roche vert sombre decrite en premier lieu, par une variete brune, plus tendre, de serpentine et par une roche jaunatre, rude au toucher, et qui doit probablement etre rapportee a une roche serpentineuse. Il y a encore dans l'ile d'autres roches, tendres, vesiculaires et de nature calcareo-ferrugineuse. On n'observe pas de stratification bien distincte, mais une partie des roches est imparfaitement laminaire, et tout l'ensemble est veine par des filons de diverses dimensions et des masses ressemblant a des veines, dont quelques-unes, qui sont calcaires et renferment de petits fragments de coquilles, sont incontestablement d'origine posterieure aux autres.

_Incrustation luisante_.--Une grande partie de ces roches sont revetues d'une substance polie et luisante, a eclat perle, blanc-grisatre; cet enduit suit toutes les irregularites de la surface a laquelle il adhere fortement. En examinant cette substance a la loupe, on reconnait qu'elle est formee d'un grand nombre de couches excessivement minces, dont l'epaisseur totale atteint environ un dixieme de pouce. Cette matiere est beaucoup plus dure que le spath calcaire, mais elle peut etre rayee au couteau. Au chalumeau elle s'exfolie, decrepite, noircit legerement, emet une odeur fetide et devient fortement alcaline; elle ne fait pas effervescence aux acides[6]. Je suppose que cette substance a ete deposee par l'eau qui filtre au travers des excrements d'oiseaux dont les rochers sont couverts. J'ai observe a l'ile de l'Ascension des masses stalactitiques irregulieres paraissant etre de la meme nature, pres d'une cavite de la roche qui etait remplie d'une masse lamelleuse formee de fiente d'oiseaux amenee la par l'infiltration. Lorsqu'on les casse, ces masses offrent une texture terreuse, mais, a la partie externe et surtout a leur extremite, elles sont formees d'une substance perlee, ordinairement disposee en petits globules, ressemblant a l'email des dents, mais plus fortement translucide, et assez dure pour rayer le verre. Cette substance noircit legerement au chalumeau, degage une odeur desagreable, devient ensuite absolument blanche en se boursouflant un peu, et fond en un email blanc terne; elle ne devient pas alcaline et ne fait pas effervescence aux acides. Toute la masse offre un aspect ride, comme si elle s'etait fortement contractee lors de la formation de la croute dure et luisante. Aux iles Abrolhos sur la cote du Bresil, ou le guano abonde, j'ai trouve, en grande quantite, une substance brune, arborescente, adherant a une roche trappeenne. Cette substance ressemble beaucoup, sous sa forme arborescente, a quelques-unes des varietes ramifiees de Nullipores. Elle presente, au chalumeau, les memes caracteres que les specimens provenant de l'Ascension; mais elle est moins dure et moins brillante, et sa surface n'a pas l'aspect ride.

Notes:

[1] Spallanzani, Dolomieu et Hoffmann ont decrit des faits analogues dans les iles volcaniques d'Italie. Dolomieu dit (_Memoire sur les Isles Ponces_, p. 86) qu'aux iles Ponta le fer a ete redepose sous forme de veines. Ces auteurs croient aussi que la vapeur depose de la silice; il est demontre experimentalement aujourd'hui qu'a haute temperature la vapeur peut dissoudre la silice.

[2] Cependant Mac-Culloch a decrit et a figure (_Geolog. Trans. 1st series_, vol. IV, p. 225) un trapp dont les cavites etaient remplies de quartz et de calcedoine disposes en zones horizontales. La moitie superieure de ces cavites est souvent remplie par des couches qui suivent toutes les irregularites de la surface, et par de petites stalactites suspendues, formees des memes substances siliceuses.

[3] Dans Hooker, _Bot.

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 28

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book