5. Une roche lourde et compacte, non lamellaire, a cassure irreguliere, anguleuse et tres cristalline; elle contient un grand nombre de cristaux isoles de feldspath vitreux; la base feldspathique cristalline est tachetee par un mineral noir qui, sur la surface alteree, se montre agrege en petits cristaux, dont quelques-uns sont bien developpes, tandis que le plus grand nombre ne l'est pas. J'ai montre cet echantillon a un geologue experimente, et je lui ai demande quelle en etait la nature. Il m'a repondu, comme tout autre je pense l'eut fait a sa place, que c'etait un _greenstone_ primitif. De meme, la surface alteree de la variete zonaire que nous avons etudiee tantot (no. 4) ressemble d'une maniere frappante a un fragment use de gneiss finement lamellaire.

Ces cinq varietes, ainsi que plusieurs termes intermediaires, passent et repassent l'une a l'autre. Comme les varietes compactes sont absolument subordonnees aux autres, tout l'ensemble peut etre considere comme lamellaire ou comme zonaire. En resume, les lamelles sont tantot tout a fait droites, tantot legerement ondulees et tantot contournees; elles sont toutes paralleles entre elles et aux couches d'obsidienne intercalees, et sont d'ordinaire extremement minces. Ces lamelles consistent soit en une roche compacte d'apparence homogene, rayee de diverses nuances de gris et de brun, soit en couches cristallines de feldspath plus ou moins pur, dont l'epaisseur varie, et qui renferment des cristaux isoles de feldspath vitreux alignes suivant leur longueur; soit enfin en couches tres minces composees en grande partie de petits cristaux de quartz et d'augite, ou de points noirs et rouges d'un mineral augitique et d'un oxyde de fer, amorphes ou imparfaitement cristallises. Apres cette description detaillee de l'obsidienne, je reviens a la lamellation des roches de la serie trachytique.

Le passage des lits que nous venons de decrire aux couches d'obsidienne vitreuse s'opere de diverses manieres: 1. des masses angulo-noduleuses d'obsidienne de dimensions tres variables apparaissent brusquement, disseminees dans une roche feldspathique de couleur pale, feuilletee ou amorphe, et a cassure plus ou moins perlee; 2. de petits nodules d'obsidienne, isoles ou reunis en couches dont l'epaisseur depasse rarement un dixieme de pouce, alternent a plusieurs reprises avec des couches tres minces d'une roche feldspathique offrant, comme une agate, des zones paralleles de couleurs differentes, extremement fines, et passant parfois a la resinite; les interstices entre les nodules d'obsidienne sont generalement remplis par une matiere blanche, tendre, ressemblant a des cendres ponceuses; 3. la roche encaissante tout entiere passe brusquement a une masse concretionnee et fragmentaire d'obsidienne. Ces masses d'obsidienne sont souvent vert pale, comme les petits nodules, et generalement bigarrees de diverses nuances, parallelement aux feuillets de la roche environnante; ainsi que les nodules, elles renferment generalement de petits spherulites blancs dont une moitie est souvent empatee dans une zone d'une nuance, et l'autre moitie dans une zone de nuance differente. L'obsidienne n'acquiert sa couleur noir de jais et sa cassure parfaitement conchoidale que lorsqu'elle est en grandes masses; pourtant, par un examen minutieux, et en exposant les echantillons a la lumiere sous differentes incidences, j'ai pu generalement discerner des zones paralleles de teinte plus au moins foncee, meme quand la roche etait en grandes masses.

L'une des roches de transition les plus communes merite, a divers egards, une description detaillee. Sa nature est fort complexe; elle est formee d'un grand nombre de couches minces, legerement ondulees, d'une matiere feldspathique a teinte pale, passant souvent a une retinite imparfaite, alternant avec des couches constituees par d'innombrables petits globules de deux varietes d'obsidienne, et par deux varietes de spherulites empates dans une pate perlee dure ou tendre. Les spherulites sont blancs et transparents ou brun fonce et opaques; les premiers sont parfaitement spheriques, de petite dimension, a structure nettement rayonnee.

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 40

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book