_Comparaison des bancs d'obsidienne et des couches alternantes de l'Ascension avec ceux d'autres contrees_.--J'ai ete frappe de voir a quel point les observations que j'ai faites a l'Ascension concordaient avec l'excellente description des roches d'obsidienne de Hongrie, qui a ete donnee par Beudant[32], avec celle de la meme formation au Mexique et au Perou par de Humboldt[33], et avec les descriptions des regions trachytiques des iles italiennes donnees par divers auteurs[34]. Plusieurs passages auraient pu etre copies sans modifications dans les ouvrages des auteurs que je viens de citer, et auraient pu s'appliquer a notre ile. Tous les auteurs s'accordent sur le caractere lamellaire et stratifie de la serie entiere, et de Humboldt parle de quelques bancs d'obsidienne qui sont rubanes comme du jaspe[35]. Tous constatent le caractere noduleux ou concretionne de l'obsidienne, et le passage des nodules a des couches. Tous insistent sur les alternances repetees de couches vitreuses, perlees, lithoides et cristallines qui se produisent souvent suivant des surfaces ondulees. Pourtant les couches cristallines semblent beaucoup mieux developpees a l'Ascension que dans les autres contrees designees plus haut. D'apres de Humboldt, un certain nombre des bancs lithoides ressemblent de loin a des couches de gres schisteux. Suivant ces auteurs, les spherulites sont toujours abondantes, et elles paraissent marquer partout le passage des bancs parfaitement vitreux aux bancs lithoides et cristallins. La description que Beudant[36] donne de sa "perlite lithoide globulaire" pourrait avoir ete ecrite, jusque dans ses moindres details, pour les petits globules spherulitiques bruns des roches de l'Ascension.

La grande ressemblance qui existe, sous tant de rapports, entre les formations d'obsidienne de Hongrie, du Mexique, du Perou, de certaines iles italiennes et celles de l'Ascension, me fait croire qu'en toutes ces contrees l'obsidienne et les spherulites doivent leur origine a un concretionnement de la silice, et de quelques-uns des autres elements constituants, s'operant pendant que la masse liquefiee se refroidissait avec la rapidite voulue. On sait cependant qu'en diverses localites l'obsidienne s'est repandue en coulees comme la lave, par exemple a Tenerife, aux iles Lipari et en Islande[37]. Les parties superficielles sont alors les plus parfaitement vitreuses, l'obsidienne se transformant a la profondeur de quelques pieds en une pierre opaque. Dans une analyse faite par Vauquelin d'un echantillon d'obsidienne de l'Hecla, qui avait probablement coule comme une lave, la proportion de silice est a peu pres la meme que dans l'obsidienne noduleuse et concretionnee du Mexique. Il serait interessant de determiner si les parties interieures opaques et la surface vitreuse externe contiennent la meme proportion d'elements constitutifs. Nous savons, d'apres M. Dufrenoy[38], que la composition des parties internes et externes d'une meme coulee de lave est parfois fort differente. Quand meme la masse totale de la coulee serait uniformement composee d'obsidienne noduleuse, il suffirait, d'apres les faits que nous venons de rapporter, de supposer qu'au moment de l'emission de la lave ses elements constituants etaient melanges en meme proportion que dans l'obsidienne concretionnee.

_Structure lamellaire de roches volcaniques de la serie trachytique_.--Nous avons vu que, dans des contrees diverses et fort eloignees les unes des autres, les strates qui alternent avec les lits d'obsidienne sont fortement lamellaires. En outre, les nodules de l'obsidienne, quelles que soient leurs dimensions, sont zones de differentes nuances, et j'ai vu dans la collection de M. Stokes un echantillon provenant du Mexique dont la surface externe etait decomposee[39] et portait des cretes et des sillons correspondant a des zones plus ou moins vitreuses. En outre, de Humboldt[40] a trouve au pic de Tenerife une coulee d'obsidienne subdivisee par des couches de ponce alternantes et tres minces. Un grand nombre d'autres laves de la serie feldspathique sont lamellaires; ainsi, a l'Ascension, des masses de trachyte ordinaire sont divisees par des lignes terreuses fines, suivant lesquelles la roche se divise et qui separent de minces couches a couleurs peu tranchees.

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 43

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book