Il est interessant de suivre ainsi les degres par lesquels passe la structure d'une region volcanique en s'obscurcissant peu a peu pour finir par s'effacer. L'ile de Sainte-Helene se rapproche tellement de cette derniere phase que jusqu'ici personne, je crois, n'a suppose que la crete centrale ou l'axe de l'ile fut la derniere epave du cratere dont les coulees volcaniques les plus recentes ont ete ejaculees.

Le grand espace vide, ou la vallee, qui existe au sud de la crete centrale curviligne, et sur laquelle s'etendait autrefois la moitie du cratere, est formee de monticules et de cretes denudes et erodes, constitues par des roches rouges, jaunes et brunes, melees en une confusion cahotique, entrelacees de dikes, et sans aucune stratification reguliere. La partie principale consiste en scories rouges en voie de decomposition, associees a des tufs de diverses varietes et a des lits argileux jaunatres pleins de cristaux brises, parmi lesquels ceux d'augite sont d'une grandeur remarquable. Ca et la surgissent des masses de lave tres vesiculaires et tres amygdaloides. Sur l'une des cretes, au milieu de la vallee, se dresse brusquement une colline conique tres escarpee, designee sous le nom de _Lot_. C'est un trait saillant et singulier du paysage. Cette colline est formee de phonolite, dont une partie est en grands feuillets courbes, une autre partie est constituee de boules concretionnees plus ou moins anguleuses, et la troisieme consiste en colonnes disposees en rayons divergents. De sa base divergent, en s'inclinant dans toutes les directions, des couches de lave, de tuf et de scories[9]; la partie du cone qui emerge au-dessus de ces couches est haute de 197 pieds[10] et sa section horizontale est ovale. Le phonolite est gris verdatre et plein de petits cristaux aciculaires de feldspath; il offre, dans la plupart des cas, une cassure conchoidale, il est sonore et il est crible de petites cavites. Au S.-W. de Lot, on observe plusieurs autres pics colonnaires fort remarquables, mais de forme moins reguliere, notamment Lot's Wife, et les Asses' Ears, constitues d'une roche analogue. Leur forme aplatie et leur position relative demontrent clairement qu'ils se trouvent sur la meme ligne de fissure. Il est interessant de remarquer, en outre, que, si on prolongeait la ligne N.-E.-S.-W., joignant Lot et Lot's Wife, elle couperait Flagstaff Hill, qui est sillonne de nombreux dikes courant dans cette meme direction, comme nous l'avons dit plus haut, et dont la structure bouleversee rend vraisemblable qu'une grande masse de roche autrefois liquide se trouve injectee sous cette colline.

Dans la meme grande vallee on rencontre plusieurs autres masses coniques de roches injectees (j'ai observe que l'une d'entre elles etait formee de greenstone compact), dont quelques-unes ne semblent avoir aucune relation avec la direction suivie par un dike, tandis que d'autres sont evidemment reliees par une de ces lignes. Trois ou quatre grandes lignes de dikes s'etendent au travers de la vallee suivant une direction N.-E.-S.-W., parallele a celle qui joint les Asses' Ears et Lot's Wife, et probablement Lot. Le grand nombre de ces masses de roches injectees est un trait remarquable de la geologie de Sainte-Helene. Outre celles que nous venons de citer, et la masse hypothetique qui s'etendrait sous Flagstaff Hill, mentionnons encore la masse qui forme Little-Stony-Top, et comme j'ai lieu de le croire, d'autres masses encore au Man-and-Horse et a High-Hill. La plupart de ces masses, sinon toutes, ont ete injectees posterieurement aux dernieres eruptions volcaniques du cratere central. La formation, sur des lignes de fissure, de saillies rocheuses coniques, dont les parois sont le plus souvent paralleles, peut etre vraisemblablement attribuee a des inegalites de tension, provoquant la formation de petites fissures transversales; les bords des couches cedent naturellement en ces points d'intersection, et sont facilement redresses. Je dois faire observer, enfin, que partout les eminences de phonolite ont une tendance[11] a prendre des formes singulieres et meme grotesques, comme celle de Lot; le pic de Fernando Noronha en offre un exemple; pourtant a San Thiago, les cones de phonolite, quoique aigus, ont une forme reguliere.

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 57

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book