En supposant, comme cela parait probable, que tous les monticules ou obelisques de ce genre ont ete originairement injectes a l'etat liquide dans un moule forme par des couches qui ont cede sous la pression des masses injectees, comme le fait s'est produit certainement pour Lot, on peut se demander d'ou proviennent leurs formes si souvent escarpees et etranges en comparaison de celles des masses de greenstone et de basalte qui partagent avec les premieres le meme mode de formation. Ces formes seraient-elles dues a une fluidite moins parfaite que l'on considere generalement comme caracteristique des laves trachytiques voisines des phonolites?

_Depots superficiels_.--On rencontre, tant sur la cote septentrionale de l'ile que sur sa cote meridionale, un gres calcarifere tendre, en bancs superficiels fort etendus quoique peu epais. Il consiste en tres petits fragments roules de coquilles et d'autres organismes d'une dimension uniforme, qui conservent en partie leurs couleurs jaune, brune et rose, et offrent parfois, mais tres rarement, des traces vagues de leur forme externe primitive. Je me suis vainement efforce de trouver un fragment de coquille qui ne fut pas roule. La couleur des fragments est le caractere le plus net qui fasse reconnaitre leur origine; l'action d'une chaleur moderee altere ces nuances et provoque le degagement d'une odeur; ce sont donc des caracteres identiques a ceux que presentent des coquilles fraiches. Ces fragments sont cimentes entre eux et sont melanges d'une matiere terreuse: d'apres Beatson, les masses les plus pures contiennent 70 p. 100 de carbonate de chaux. Les bancs, dont l'epaisseur varie de 2 ou 3 pieds a 15 pieds, recouvrent la surface du sol; on les rencontre generalement sur celui des flancs de la vallee qui est protege contre l'action du vent, et ils se trouvent a la hauteur de plusieurs centaines de pieds au-dessus du niveau de la mer. Leur position correspond a celle que le sable prendrait aujourd'hui sous l'action du vent alize; et sans aucun doute ils ont ete formes de cette maniere, ce qui explique l'uniformite et la finesse des particules, ainsi que l'absence complete de coquilles entieres ou meme de fragments de dimension moyenne. C'est un fait remarquable que sur aucun point de la cote il n'existe aujourd'hui de bancs coquillers d'ou la poussiere calcaire aurait pu etre enlevee et triee. Nous devons donc remonter a une periode plus ancienne, anterieure aux bouleversements qui ont produit les grandes falaises actuelles, et durant laquelle une cote en pente douce, comme celle de l'Ascension, se pretait a l'accumulation des debris de coquilles. Quelques-uns des bancs de ce calcaire se trouvent a l'altitude de 6 a 700 pieds au-dessus de la mer; mais cette altitude peut etre due, en partie, a un soulevement du sol posterieur a l'accumulation du sable calcaire.

L'infiltration de l'eau des pluies a consolide certaines parties de ces bancs, les a transformes en une roche compacte, et a provoque la formation de calcaires stalagmitiques brun fonce. A la carriere de Sugar-Loaf, des fragments de roches ont ete recouverts, sur les pentes adjacentes[12], par des couches minces superposees de matiere calcaire formant un revetement epais. Un fait curieux, c'est qu'un grand nombre de ces cailloux sont recouverts sur toute leur surface, sans qu'aucun point indiquant leur contact avec une autre roche ait ete laisse a nu; ces cailloux doivent donc avoir ete souleves par l'action du depot tres lent qui s'operait et les recouvrait de couches successives de carbonate de chaux. Des masses d'une roche blanche, finement oolitique, sont fixees a la surface externe d'un certain nombre de ces cailloux. Von Buch a decrit un calcaire compact de Lanzarote qui ressemble parfaitement au depot stalagmitique dont il s'agit; cet enduit recouvre des cailloux, et en certains endroits il est finement oolitique. Ce calcaire forme une couche tres etendue dont l'epaisseur varie d'un pouce a 2 ou 3 pieds, et on le rencontre a la hauteur de 800 pieds au-dessus de la mer, mais uniquement sur celle des cotes de l'ile qui est exposee aux vents violents du nord-ouest.

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 58

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book