Quelle que soit l'opinion qu'on puisse avoir sur l'interpretation que je viens de donner ici de la structure lamellaire des roches trachytiques, je me permets d'attirer l'attention des geologues sur ce seul fait, qu'a l'ile de l'Ascension, dans une masse rocheuse d'origine incontestablement volcanique, il s'est produit des couches souvent tres minces, absolument droites et paralleles entre elles. Une partie de ces couches sont composees de cristaux isoles de quartz et de diopside, auxquels s'ajoutent des taches amorphes de nature augitique et des grains de feldspath. D'autres couches sont entierement constituees par ces taches augitiques noires avec des granules d'oxyde de fer. Enfin, un certain nombre de couches sont formees de feldspath cristallin plus ou moins pur, associe a de nombreux cristaux de feldspath orientes dans le sens de leur longueur. Il y a des raisons de croire que, dans cette ile, les lamelles ont ete formees originairement dans la position fortement inclinee qu'elles occupent aujourd'hui, et ce fait est parfaitement etabli pour d'autres roches analogues. Les faits de ce genre sont incontestablement importants quant a l'origine de la structure de cette grande serie de roches plutoniques qui, de meme que les roches volcaniques, ont ete soumises a l'action de la chaleur, et qui sont formees de couches alternantes de quartz, de feldspath, de mica et d'autres mineraux.

Notes:

[1] _Geographical Journal_, vol. V, p. 243.

[2] M. Lesson a observe ce fait (Voir la _Zoologie du voyage de la "Coquille"_, p. 490). M. Hennah (_Geolog. Proceedings_, 1835, p. 189) fait observer en outre qu'a l'Ascension les lits de cendre les plus etendus se trouvent invariablement du cote sous le vent.

[3] Nichol, _Architecture of Heavens_.

[4] _Voyage aux Quatre Isles d'Afrique_, t. I, p. 222.

[5] _Voyage en Hongrie_, t. II, p. 214.

[6] Une variete de cette peperine ou tuf est assez dure pour ne pouvoir etre brisee meme sous la pression la plus forte des doigts.

[7] A la partie nord de Green Mountain, on observe une couche mince d'oxyde de fer compacte, epaisse d'un pouce environ, qui s'etend sur une surface considerable; elle est en stratification concordante avec la partie inferieure de la masse stratifiee de cendres et de fragments. Cette substance est d'un brun rougeatre, a eclat presque metallique; elle n'est pas magnetique, mais le devient lorsqu'elle a ete chauffee au chalumeau, elle noircit alors et fond en partie. Cette roche compacte retient la petite quantite d'eau de pluie qui tombe dans l'ile, et donne naissance ainsi a une petite source coulant goutte a goutte, que Dampier a decouverte le premier. C'est la seule eau douce que l'on trouve dans l'ile, de sorte qu'elle n'est habitable que grace a l'existence de cette couche ferrugineuse.

[8] Le professeur Miller a bien voulu examiner ce mineral. Il a observe deux bons clivages de 86 deg.30' et 86 deg.50'. La moyenne de plusieurs clivages que j'ai mesures etait 86 deg.30'. Le professeur Miller constate que ces cristaux, reduits en poudre fine, sont solubles dans l'acide chlorhydrique avec residu de silice; l'addition d'oxalate d'ammonium donne un abondant precipite de chaux. Il fait remarquer, en outre, que, d'apres von Kobell, l'anorthite (mineral qu'on rencontre dans les fragments projetes au Monte Somma) est toujours blanche et transparente, de sorte que, s'il en est ainsi, ces cristaux de l'Ascension doivent etre consideres comme du feldspath Labrador. Le professeur Miller ajoute qu'il a vu dans _Erdmann's Journal fuer technische Chemie_ la description d'un mineral rejete par un volcan, qui offrait les caracteres exterieurs du Labrador, mais dont la composition differait de celle donnee pour cette espece par les mineralogistes. L'auteur attribuait cette difference a une erreur dans l'analyse du Labrador qui est fort ancienne.

[9] Daubeny remarque, dans son ouvrage sur les _Volcans_ (p. 386), qu'il en est ainsi; et de Humboldt dit (_Personal Narrative_, vol. I, p. 236) qu' "en general les masses de roches primitives connues, je veux parler de celles qui ressemblent parfaitement a nos granites, gneiss et micaschistes, sont fort rares dans les laves; les substances que nous designons generalement sous le nom de granite et qui ont ete projetees par le Vesuve, sont des melanges de nepheline, de mica et de pyroxene".

Observations Geologiques sur les Iles Volcaniques Page 47

19th Century English Literature

Charles Darwin

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Charles Darwin

All Pages of This Book